La charrette bleue

La charrette bleue

René Barjavel

Language: French

Pages: 107

ISBN: B01LB5YLH0

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


La Charrette bleue est un récit autobiographique de l'écrivain français René Barjavel, paru en 1980. L'auteur raconte son enfance dans la boulangerie provençale de ses parents à Nyons.

Becoming Odyssa: Adventures on the Appalachian Trail

Floor Sample: A Creative Memoir

The Hardest Test

Brando: Songs My Mother Taught Me

My Own Story

Hashish: A Smuggler's Tale (Penguin Classics)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vers à soie réduits en purée. Il ne pouvait plus avaler la cuisine de sa patronne... Il fit savoir à Mme Veuve Achard qu’il acceptait la place et qu’il allait arriver. Posé sur une chaise de paille à la tête de son lit, son réveil était réglé sur trois heures du matin. C’était un réveil sérieux qui avait tiré à la même heure, de leur sommeil de pierre, tous les apprentis et les ouvriers de la rue Jean-Pierre-André, et aussi le patron de son sommeil plus léger. Mais il ne réveilla pas Henri :

niche creusée dans le mur du four, qui lui servait de couveuse... Le morceau de pâte avait doucement fermenté, toute la nuit, et Henri savait qu’il était maintenant devenu une petite masse de matière molle, pleine de bulles, et qui sentait l’aigre. Dans le grand silence de la nuit de Nyons, il entendit sonner trois coups au clocher de l’église. C’était la cloche catholique, les protestants disaient qu’elle était fendue. Ce n’était pas vrai, mais sa voix pouvait le laisser croire. Catholique,

de lui. Il est maigre. Son maître aussi. Ce n’est pas un métier qui permet de s’offrir de grosses nourritures. L’âne, lui, a la chance de cueillir sa pitance le long des chemins. Il fait presque nuit. Les mères vont nous appeler pour le souper. Un lac d’étain luit dans le chaudron noir. Au bout d’une pince, le rétameur y plonge une vieille fourchette, une passoire, une louche grisâtre, les en ressort transfigurées en robe d’argent neuf. Ça sent l’acide et le feu et le métal à vif. Un marron

à égal, comme un homme. Je remontai sur mon vélo, roulai un ou deux kilomètres en zigzaguant, puis chavirai dans le fossé. Je fus malade pendant deux jours. Ma mère était couchée dans le lit qu’elle ne devait plus quitter. Mon père riait et chantait en sortant du four son pain blond craquant. Près des barres de fer du père Deligny s’était installé, au fond de la place de l’Ancien-Cimetière, un autre atelier, en plein air : celui d’un tailleur de pierre, qui construisait le monument aux morts.

grimper la pente de la colline des Serres, vers la Grange. Le chien l’annonça bien avant son arrivée. Tous les chiens successifs de la Grange se sont nommés Lion. Les deux que j’ai connus se ressemblaient tant qu’ils semblaient le même, hirsute et maigre. Dans une maison où on mangeait peu, il n’y avait pas beaucoup pour le chien. Pour élever honnêtement et proprement cinq enfants sur cinq hectares, il ne faut pas faire grosse chère. Émile émergea d’entre les oliviers, passa sous le chêne et

Download sample

Download

 

Author: admin